Petit rappel

« Car j’ai décidé de ne rien savoir parmi vous, sinon Jésus Christ, et Jésus Christ crucifié…

… afin que votre foi ne soit pas fondée sur la sagesse des hommes, mais sur la puissance de Dieu ». I Cor. 2. 2+5

Combien de fois n’ai-je entendu tant par des catéchumènes que par des adultes : moi, Monsieur le Pasteur, je crois en Dieu, mais je ne sais pas quoi faire de Jésus. Or, Chrétien vient du mot Christ et croire en Dieu n’est pas la spécificité chrétienne, car à l’exception, au demeurant très minoritaire, de ceux qui se déclarent athées, la plupart des humains sur terre croient en un dieu ou en des dieux. Et quoique certains en pensent, l’argent, la réussite, le sport, l’extrémisme, les loisirs, l’individualisme forcené, etc. fonctionnent, pour beaucoup, souvent comme des dieux. Ce qui fait de moi un chrétien, c’est croire que Jésus est mort et ressuscité pour moi et à ma place. Et la réponse est toujours individuelle. Chaque fête pascale en est le rappel.

Nous croyons que le Crucifié est celui qui nous fait connaître Dieu… Être chrétien c’est croire que dans « l’échec » de la Croix s’est jouée la victoire de Dieu sur la mort, dont la résurrection mystérieuse en est la divine et puissante manifestation. D’ailleurs Martin Luther aimait à le dire : « Je ne connais rien d’autre de Dieu que ce que Jésus Christ m’en révèle ». Disant cela, il refusait de se prononcer sur ce que Dieu pouvait faire en dehors du Christ.

Pour lui, le message de Jésus était suffisant pour approcher Dieu, le comprendre, l’aimer et le servir… Comme protestant, Vendredi-Saint et Pâques est la fête chrétienne par excellence. Que celle à venir puisse nous rappeler en qui nous croyons et la place essentielle que le message du Christ occupe dans nos vies.

Joël Guy ( paru dans le journal Réformés)